Bécassine à la neige

Publié le par becassinechezheidi.over-blog.com

Ici, c'est l'hiver et l'hiver ressemble, certains jours, à ça

DSCF4767













Oui, beaucoup se réjouissent de cette abondante poudreuse qui leur promet de jolies glissades

Comme ces p'tits suisses qui viennent s'écraser mollement au bas de cette pente, ornée, par leur soin des couleurs du pays
c'est étonnant de savoir qu'ils ont toujours à proximité un de ces fameux drapeaux comme d'autres un mouchoir en papier dans la poche!

DSCF4783

Ce sont ces mêmes enfants de 5-6 ans que je croisais en bordure d'une voie ferrée et qui attendaient avec 3 accompagnatrices le passage du train. Et qui, d'un mouvement de main princier, saluait le chauffeur qui répondait d'un tonitruant klaxon, et la petite bande repartait heureuse de cette rencontre. Je m'étais beaucoup gaussée de ce conte grandeur nature sans méchant loup ni sorcière où la maternelle découvre au milieu des champs le passage d'un train qui se salue mutuellement avec beaucoup de naïveté.  Et ce matin, j'entends à la radio française un conte fait que de méchants et de drôles d'oiseaux, une équipée sauvage a tenté d'attaquer un TGV à Marseille, peut-être que nous n'avons pas assez fait coucou aux trains qui passent dans notre enfance... 


Mais revenons à mon défi, donc, je l'avais promis, oui moi aussi je m'essaierai, plus tard, à quelque sport de glisse.
Sachant que pour Bécassine, ce n'est à priori pas une partie de plaisir, la neige, le ski, toutes ces choses froides, humides, et ...tombantes (qui font tomber), ne me sont franchement pas familières.

C'est dimanche, le jour du Seigneur et...des cloches, que nous avons entrepris notre première sortie en Langlauf ou -ski de fond-.

La journée était particulièrement neigeuse et les rails recouverts d'une fine couche de poudreuse tout juste tombée.

Nous louons le matériel, chaussures, skis et bâtons et vaille que vaille nous embarquons sur les rails mal définis, doublés 10 fois par des skieurs de skating.

Sans expérience aucune , avec la nette sensation d'avoir encore mes sabots aux pieds, plus Bécassine que jamais, me voilà partie.
Les yeux braqués au bout de mes skis, comme si mes jambes ne suffisaient pas à les diriger, c'est extrêmement concentrée que je tentais de reproduire sans grâce aucune,
les glissades fluides et rythmées des autres. 

La piste se déroulait sur 5km pendant lesquels je suis restée tête baissée à cause de la neige qui tombait dru parfois mais aussi parce que je craignais la chute si mon attention se déportait, ce qui aurait sans doute entraîné tout l'édifice, comme un château de cartes.
Les mains cramponnées aux bâtons qui me servaient de rééquilibrants mais aussi de poussoirs, le buste penché vers l'avant pour contrarier la loi de la ...pesanteurduderrière, les muscles des cuisses tétanisés dans un effort nouveau, loin de celui de la course à pied, ah, j'oubliais l'inévitable goutte au nez...Je me suis sentis assez pitoyable et vraiment culturellement et physiquement loin des helvètes.
Je n'ai pas de photos de mes exploits, il m'aurait été impossible d'avancer et d'immortaliser la scène en même temps.


Je suis sûre de ne jamais prétendre à être la nouvelle Marielle Goitschel. Et me trouve déjà heureuse d'être rentrée sur mes deux jambes: j'ai croisé dernièrement une voiture fort mal garée sur un trottoir, ce qui est complètement interdit, (donc, ne se voit jamais...) mais avec, sur le pare-brise un petit panneau explicatif indiquant GIPS (ce qui signifie: plâtre)

 

Publié dans activité de plein air

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pat 04/02/2013 20:26


Mariel était reine en ski alpin mais en Langlauf....


Bravo pour tes exploits et essaie les raquettes qui sont plus faciles en utilisation..


Bisous Pat

Laurence 04/02/2013 17:24


Excellent ! ... viens me voir on ira ensemble ... je ne suis pas une pro, mais je me débrouille !