retour de France

Publié le par becassinechezheidi.over-blog.com

Après deux semaines françaises home sweet home, me voilà de retour en Suisse. Fini le poisson, les coquillages et crustacés de mon séjour Normand pour retrouver la viande séchée des grisons et autres douceurs suisses! Fecamp_eoliennes_0020.JPG

Il m'aura fallu 10 ans pour me faire à l'euro tandis qu'ici nous sommes encore en Francs, ce pays sans mer ressemble étrangement à une île où le temps n'a pas prise. 800px-FS_Horgen_-_Horgen_-_Zurichsee_2010-08-13_17-39-22.JPGOui je suis isolée bien sûr  parce que je suis sans famille et amis mais aussi la barrière de la langue renforce ce sentiment. De plus les suisses ne sont pas très liants, polis et respectueux mais ils ne viennent pas à votre rencontre, le chacun chez soi semble être leur règle de vie!

A cette époque de froideur hivernale, mes amies ruminantes ne sont plus dans les prés alors les promenades se font sans âme qui vive dans des paysages duveteux d'arbres fantomatiques dépourvues de tout feuillage et recouvert de gelée blanche où la sève est restée endormie attendant le baiser révélateur des rayons chauds du soleil.oberlandzurichois.jpg

J'ai fait la rencontre improbable d'une dame qui me donne des cours d'allemand 3 fois par semaine, il fallait bien ça étant donné mes lacunes dans la langue de Goethe dues à mon aversion passée de cette idiome. Cette femme est charmante et passionnée et elle est hongroise d'origine, son rapport avec l'enseignement des langues est ludique et non conventionnel. Je ne suis pas sûre de devenir bilingue dans les mois à venir mais cette activité cérébrale et sociale me fait du bien.

Ce changement de rythme avec ma vie passée est phénoménal, d'une vie de parisienne à 100 à l'heure avec un emploi prenant et de longues distances à parcourir en vélo entre mon domicile et mon lieu de travail ne me laissaient que peu de temps à moi. Dorénavant, je vis certain jour sans avoir à ouvrir la bouche faute de rencontre, et mes journées s'étirent lentement avec le seul rythme que je veux bien leur donner. Cette parenthèse de face à face avec moi-même me met parfois mal à l'aise, étant habituée à avoir une place prépondérante dans une entreprise je me retrouve seule à la tête de mon entreprise qui ne vend rien et produit quelques petits plats, du linge propre et repassé, et un appartement rangé et entretenu. Je lis beaucoup et écris parfois et je dois apprendre à ne plus envisager la vie comme un challenge. Trouver des ressources en soi pour avoir envie de se lever tôt le matin non plus pour une réunion ou la mise en place de quelques projets mais pour prendre le temps de faire des choses. Mes années salariales ont pourtant été émaillées de grandes lassitudes, je reprochais souvent à mes supérieurs de me presser comme un citron et rêvais de plus d'autonomie. Me voilà autonome avec pour seul projet d'apprendre la langue ce qui me permettra de retrouver une vie économique et sociale, et pourtant je pense faire fausse route et je devrais profiter de ce privilège de temps libre pour réfléchir à ce que je souhaite réellement faire, j'ai tant d'idées toutes plus farfelues les unes que les autres, comme celle de vendre mes petits plats français, j'ai envie de transmettre, de donner un peu de ma culture, de mon goût pour les bonnes choses.

J'espère que ce début d'année me donnera un peu plus d'audace...gateau.jpg

Publié dans escapades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sandrine 05/01/2011 08:24


Salut Heidi,
En voilà une excellente idée de proposer des spécialités culinaires made in France !!!En fine cuisinière que tu es, c'est le succès assuré. Je verrai bien un salon de thé bibliothèque qui
devriendrait un lieu d'échange pour la communauté francophone!...
Bon courage et gros bisous
sandy au pays des nems